top of page

Papote RH #1 : Le télétravail



 

On souhaite, au fil des mois, vous présentez un nouveau format original sur des thèmes RH. Il s'agit de dialogues entre Barbara et Magali concernant des cas clients concrêts.


En espérant que ce nouveau format vous plaise.


Bonne lecture !

 

MT : Au fait Barbara, figure-toi que Pierre m’a contactée pour mettre en place le télétravail, ça y est ! Mais bon, tu le connais… il a toujours peur de ne pas pouvoir surveiller ses salariés, il craint qu’ils ne travaillent plus autant qu’en présentiel, bref …


BB : Bonne nouvelle Magali ! Il faut qu’il comprenne qu’aujourd’hui le télétravail n’est pas une injonction ou un effet de mode. Au contraire, il procure des avantages concrets qui sont très valorisés par les collaborateurs. Je pense qu’il n’a pas oublié la démission de 2 bons éléments, partis chercher à la concurrence ce confort qu’il leur refusait, non ?


MT : Tu fais bien de me le dire, je vais le lui rappeler ! Je lui ai aussi expliqué que nous pourrions avancer par étape, pour que chacun puisse prendre ses marques. Il ne faudrait pas que les salariés perdent le lien ou se sentent seuls. Et lui-même doit aussi se rassurer sur la productivité et l’investissement continus de ses équipes.


BB : C’est mieux de procéder ainsi. Et puis comme on dit, « la confiance n’exclut pas le contrôle » ! Si Pierre implique suffisamment les managers, chacun saura exactement qui fait quoi. Car les managers ont un rôle pivot dans le déploiement du télétravail, même s’ils ont peur de trinquer en cas de dysfonctionnement. Mais à partir du moment où ils posent et rappellent les règles, aucune raison de s’inquiéter. L’heure est à la responsabilisation et de toute façon le présentiel n’est pas en soi une garantie de travail effectif et de productivité, on est d’accord ?


MT : Tu m’étonnes ! Je prends l’exemple d’André, lorsqu’il a découvert que son gestionnaire passait son temps à jouer à Candy Crush… Je parle pourtant d’un collaborateur qui arrivait souvent le premier sur site ! Comme quoi la confiance ne dépend pas de la proximité physique. Et puis rappelle-toi, nous avons eu l’exemple inverse chez Marie…


BB : Oui, l’un.e de ses salarié.e.s avait frôlé le burn-out, car elle ne parvenait jamais à couper. Même en télétravail, elle se reconnectait le soir. On voit que le télétravail peut être l’occasion pour certains de se surinvestir. Comme quoi il faut aussi communiquer sur le sujet, et adopter des Chartes de déconnexion. Du coup, je suis sûre que si tu partages ce type d’exemple à Pierre, tu arriveras à le rassurer. Et entre ces deux « extrêmes », rappelle-lui tout simplement que certains collaborateurs apprécient aussi de s’extraire du lieu de travail habituel pour se concentrer davantage sur des dossiers de fond, sans être dérangés à tout bout de champ.


MM : Tout ce que tu me dis est pertinent. D’autant qu’il se rend compte que le télétravail est incontournable aujourd’hui, même s’il s’y plie plus par obligation que par conviction. Mais il finira par en reconnaître les effets positifs : engagement de ses équipes, fidélisation, flexibilité, productivité... Il ne doit pas non plus perdre de vue que la bonne mise en place du télétravail sera un élément de comparaison avec ses homologues… Et puis, il est aussi conscient qu’une bonne partie des équipes met plus d’une heure pour venir. S’épargner ce temps de transport diminuerait grandement leur fatigue et leur stress. D’ailleurs, je vais lui proposer de faire comme chez Marie après la période de confinement. Qu’en penses-tu ?


BB : Excellente idée ! Comme on part de zéro, on va procéder étape par étape, avec les leviers à notre disposition. On peut déjà démarrer avec 4 jours par mois, en permettant de lisser les jours avec un maximum de 2 jours télétravaillés par semaine. Et puis au gré des retours d’expérience, on augmente progressivement la quote-part. Le tout, c’est que niveau production et indicateurs, il s’y retrouve. Tiens tant que j’y pense, en parlant de leviers, tu m’avais dit qu’il souhaitait mener une enquête de satisfaction suite aux démissions : ce serait peut-être l’occasion d’y inclure un volet télétravail, non ?


MM : Ce serait top, oui ! Il faut aussi qu’on vérifie le matériel mis à disposition. Je crois qu’ils ont tous un PC portable. S’agissant de la prime télétravail et d’autres incentives, on verra plus tard.



 

On vous invite à regarder la liste des points clés à retenir concernant le télétravail.




24 vues
bottom of page